Cavaliers King Charles

Quelle race de chiens élever quand on débute dans l’élevage canin?

Éleveur canin débutant, la première question qui vous vient à l’esprit est « mais quelle race de chien choisir » ?  

Forcément, quand on se lance définir quelle race on va élever est fondamental ! Alors, comment choisir parmi toutes les races qui existent ?  

Pour faire son choix, il faut examiner différents critères spécifiques à chaque race comme le besoin d’exercice, ainsi que des points précis en matière de santé. Avantages de chacune, faiblesses, quels sont les facteurs à prendre en compte lorsque l’on choisit la race de chien de son futur élevage ? Explications.  

Les 6 critères pour bien choisir la race de votre premier chien reproducteur

Quelle race de chien élever?

Le premier réflexe d’un éleveur débutant est de se diriger vers sa race de prédilection. En effet, on décide souvent de devenir éleveur canin professionnel par passion et par amour pour une race en particulier.   

Mais est-ce vraiment la « bonne » race à élever ?   

Que faut-il évaluer ?   

Avant de faire votre choix, il faut étudier toutes les facettes d’une race avant de vous destiner à son élevage.   

Vous pouvez vous renseigner auprès d’éleveurs installés quant aux problématiques courantes rencontrées avec cette race en particulier.   

Que devez-vous savoir ?  

On compte en France plusieurs dizaines de races de chien divisées en 9 groupes. Chaque groupe englobe des chiens qui ont des caractéristiques ou des comportements communs. Il existe par exemple les races de travail, avec notamment la garde de troupeaux, chiens de garde ou encore chiens de chasse.   

Pour choisir la race la plus adaptée à votre élevage renseignez-vous sur :   

  • Le nombre de portées habituel par an, le nombre de chiots en moyenne  
  • Le coût de l’alimentation 
  • Les besoins physiques de cette race particulière  
  • Les problématiques de santé courantes de cette race  
  • Les soins particuliers propres à cette race  
  • Les comportements et d’éventuels troubles constatés à l’échelle de la race  
  • La demande concernant cette race, est-ce une race rare, tendance ?  

En prenant soin de vous renseigner sur ces différents points, il est fort possible que votre choix de départ s’oriente vers une autre race !   

LOF ou non-LOF, telle est la question !

Chiots LOF ou non-LOF (Livre des Origines de France est un registre tenu par la Société Centrale Canine répertoriant tous les chiens de race en France), de quoi parle-t-on ?   

Pour que les chiots soient LOF, les deux parents doivent être eux-mêmes inscrits au LOF et confirmés. Il faut également que les démarches d’inscription de la portée au LOF aient été engagées dans les délais impartis.   

Qu’est-ce que cela change ?   

 

LOF ou non LOF

Un chien LOF est un chien dont les origines sont garanties. Seuls les chiens inscrits au LOF sont considérés de pure race, avec une inscription des parents et des portées vérifiables sur le site de la SCC à l’onglet LOF Select).   

Les chiots sont donc vendus avec un pedigree provisoire qui correspond à un certificat de naissance. Ensuite celui-ci sera basculé en pedigree définitif après leur confirmation auprès d’un juge lors d’une exposition canine ou d’une séance de confirmation.   

Un chien LOF est obligatoirement né en France et ne peut ainsi provenir de trafics de chiens. Pour vérifier l’origine de votre reproducteur, vous pouvez demander un test génétique de filiation pour vous assurer que les parents présumés sont bien ceux indiqués. Cela est une garantie de sérieux pour vous.   

Nombreux éleveurs de chiens LOF effectuent des tests ADN pour dépister les maladies génétiques chez leurs reproducteurs, font des radios de dépistage des maladies oculaires et des dysplasies de hanches, pour prévenir d’éventuels soucis de santé.   

S’il est autorisé d’élever des chiens non LOF il faut savoir que dans ce cas de figure, vous n’avez pas de garanties quant à l’origine de votre reproducteur, et que d’éventuels soucis de santé ne peuvent être prédits.   

À la vente vous vendrez vos portées moins cher que des chiots LOF, mais vous êtes soumis aux mêmes responsabilités juridiques qu’un éleveur LOF notamment concernant la garantie de vices rédhibitoires.  

Choisir une race rare ou à la mode

Les races rares

Avec moins de 1000 naissances par an en France, une race rare est un choix judicieux notamment si vous souhaitez la faire perpétuer.   

On considère comme rare soit une race qui vient d’être reconnue par la Société centrale Canine soit une race qu’il est de plus en plus difficile de trouver avec peu de naissances.   

Vous devrez aussi savoir qu’il vous sera compliqué de trouver des reproducteurs.  

Avec un pool génétique faible il est difficile de trouver la lignée recherchée, parfois même en se rendant  à l’étranger.   

Quel avantage ? Un prix élevé pour vos chiots.   

Cependant avant de crier victoire, rappelez-vous que le reproducteur vous coûtera cher et prenez le temps d’examiner le marché : y a-t-il une demande suffisante pour cette race en particulier ? Quels sont les chiffres en France ?  

Les races à la mode

À l’opposé de race rare, la race tendance peut aussi vous sembler un choix pertinent.   

S’il est facile de trouver des reproducteurs, vous devez vous exposer à une rude concurrence.   

Pour une race à la mode, le prix des chiens est variable selon la race, de 800 euros à 2000 ou 3000 euros.   

Le phénomène de mode a favorisé l’apparition d’hypertypes (ex nez écrasé chez les bouledogues, les carlins les empêchant de respirer et dégradant gravement leur santé, impossibilité pour eux de prendre l’avion sans les exposer à des risques, etc.).   

De nombreux éleveurs commencent à élever la voix et à ne plus vouloir produire ce genre de chiens, mais ils ne sont pas encore assez nombreux ni écoutés.   

Donc, avant de vous ruer sur la race que tout le monde veut, examinez bien les critères de santé.  

Choisir en fonction de l’apparence physique

Vous voulez élever des dogues allemands ?   

Avez-vous les locaux pour ?   

En effet, élever des bichons maltais et se lancer dans l’élevage de cane corso n’est certainement pas la même affaire.   

Le poids et la taille des chiens choisis impactent sur les équipements nécessaires, les frais de nourriture ou encore le véhicule pour les transporter.   

Un pelage long et fourni ne demande pas le même entretien qu’un poil ras. Pour exemple, un yorkshire a besoin de soins réguliers tandis que le caniche et le shih tzu ont besoin d’être toilettés, car leurs poils poussent continuellement.   

Choisir une race en fonction de son caractère

Lorsque l’on devient éleveur canin, on se prépare à vivre avec beaucoup de chiens, pendant de longues années.   

Vous aimez le silence ? Mieux vaut ne pas vous lancer dans l’élevage de spitz, les champions des aboiements !   

Avant de faire votre choix, affinez votre réflexion auprès d’éleveurs de races qui vous intéressent.   

Quels sont leurs comportements habituels ?   

Quels sont les bons côtés et les mauvais de chaque race ?  

Quels sont leurs besoins en matière d’activités physiques, d’espace, d’attention et de toilettage ?   

Attention, certaines races nécessitent une approche particulière au moment de l’éducation, et si vous êtes novice, mieux vaut vous diriger vers des chiens pépères que des dalmatiens qui débordent d’énergie.   

Ebook Eleveur Canin

Découvrez le guide gratuit des 5 astuces pour bien démarrer un élevage canin.

Connaître les risques en matière de santé

Avant de vous lancer en tant qu’éleveur et opter pour la race que vous préférez, renseignez-vous sur les risques en matière de santé auxquels la race est fréquemment exposée.   

En effet, certaines races sont plus sujettes aux césariennes que d’autres, comme les bouledogues ou les chihuahuas.   

Cela impactera vos frais vétérinaires notamment. 

Par ailleurs, d’autres races présentent des faiblesses physiques courantes comme la dysplasie des hanches , des pathologies génétiques, ou encore les risques encourus par les chiens brachycéphales présentant des hypertypes.  

Le sexe : faut-il commencer avec un mâle ou une femelle ?

Le plus logique est de démarrer votre élevage avec une femelle dont vous garderez une fille.   

Si vous êtes totalement novice et que vous n’êtes pas sûr de la race que vous souhaitez élever, commencez avec un mâle pour vous familiariser avec la race, la connaître et prendre votre décision ensuite.   

Choisir une race en fonction de son budget

Pour peaufiner son choix avant de lancer son élevage canin professionnel, il faut aussi examiner le prix d’un reproducteur de la race convoitée.   

Certaines races coûtent entre 1000 et 1500 euros, mais d’autres vont jusqu’à 5000 euros !  

Selon votre budget, vous pouvez restreindre votre choix.   

En dehors de l’achat lui-même, certaines races coûtent beaucoup plus cher au quotidien que d’autres en fonction de leurs besoins alimentaires, espaces extérieurs, soins vétérinaires.  

Certaines races sont par exemple résistantes et tombent rarement malades tandis que d’autres sont fragiles et sujettes à des problèmes de santé courants, avec des problèmes de peau par exemple.   

 

Avant de choisir la race que l’on va élever, le plus important est de sélectionner soigneusement l’éleveur chez qui on ira se procurer son reproducteur.  

Il faudra vous assurer de l’origine des chiots, de leur santé, rencontrer les parents, et visiter les lieux.   

En tant qu’éleveur débutant vous devez également choisir une race que vous pouvez vous permettre d’élever.   

Si vous avez une petite surface avec des voisins proches, élever une myriade de chiens hurleurs risque de vous apporter des ennuis. De même si vous n’avez pas des moyens financiers solides, évitez de choisir une race qui mange énormément.   

Choisir une race de chien quand on est éleveur débutant est un processus par élimination qui répond à des critères logiques et simples :   

  • Quelles sont les races que j’aime ?  
  • Ai-je les moyens et la place de les élever ?  
  • Quelles sont leurs exigences ?  
  • Quel est leur marché ?  

Après avoir dégagé ces quatre points, vous devriez avoir une réponse à votre question !  

 

Vous voulez approfondir le sujet ou échanger avec moi sur votre projet d’élevage ? Contactez-moi ici !  

Devenir-eleveur-canin

Christine Griselain

Autrefois sage-femme, je suis aujourd’hui éleveuse canine professionnelle et formatrice. 

Fondatrice de l’Organisme de Formation GRYSEO, j’accompagne des futurs éleveurs à créer, développer et promouvoir leur propre élevage canin professionnel « familial » via des formations professionnelles éligible au CPF.